T XTREM

shop xtrem sports

motocross mx scoop

Dans le monde de la compétition ou simplement pour s’amuser, le motocross (En apprendre plus) reste une référence. Les fans de sports mécaniques adorent les nouveaux défis et ressentir de nouvelles sensations. Quoi de mieux que de foncer sur un deux roues capable d’arpenter les terrains les plus accidentés ?!

L’équipement du pilote de motocross mx scoop

En raison des dangers de ce sport extrême, le pilote doit être muni de cet équipement pour sa sécurité :

  • Des bottes
  • Des genouillères
  • Des ceintures au niveau des hanches
  • Un pare-pierre
  • Un gilet de protection
  • Une minerve
  • Un casque
  • Un uniforme assez solide, presque comme de la bâche
  • Une dorsale
  • Des gants
  • Un masque de protection.

Bien que le pilote ne l’emmène pas durant la course, une équipe médicale est de rigueur pour soigner les blessures, même les plus superficielles. De cette manière, le pilote pourra vite reprendre. Dans le cas contraire, celle-ci l’empêchera de continuer pour son propre bien. Cet équipement peut être acquis chez Motocross MX Sccop.

Les catégories de compétitions

Pour donner une dimension fédératrice, mais surtout compétitive au motocross mx scoop, un tournoi international lui est donné et est préparé par la Fédération Internationale de Motocyclisme (FIM). Le tournoi est scindé en 3 catégories, à savoir :

  • Le MX1 avec des motos munies de moteurs 4-temps ayant des cylindrées 450 cm³ et des modèles 2-temps ayant 250 cm³ de cylindrées.
  • Le MX2 avec des moteurs 4-temps de 250 cm³ et des 2-temps de 125 cm³
  • Le MX3 (qui n’existe plus depuis 2014) qui mettait en avant des moteurs 2-temps de plus de 250 cm³ et des 4-temps dépassant les 450 cm³

Afin de préserver l’environnement de la pollution, le moteur 2-temps est progressivement abandonné en compétition. Il est d’ailleurs très rare d’en trouver encore dans les compétitions officielles.

Les circuits

Pour concourir, la FIM choisit toujours des circuits en terre battue ou couverts de sable, car ils sont relativement mous, ce qui permet un meilleur appui sur la moto, en plus de pouvoir les moduler. Pour pimenter les courses, de nombreux obstacles ont été aménagés, qui obligent les compétiteurs à faires des sauts simples, doubles, triples, voire quadruples. En général, les obstacles sont des bosses, mais l’on peut aussi inclure des surfaces planes et des poteaux à éviter.

Quelle moto pour concourir ?

Différentes marques sont à disposition des pilotes. Mais les plus célèbres restent Yamaha, Honda, Suzuki, Kawasaki et KTM. Ces motocross doivent :

  • Posséder des suspensions extrêmement puissantes vu les différents obstacles et les sauts à effectuer
  • Avoir des pneus de cross, c’est-à-dire munis de gros crampons
  • Être exemples d’accessoires uniquement utiles en ville, tels que les phares et les clignotants
  • Présenter quelques parties en plastique pour des soucis de légèreté
  • Être bien équilibrées pour un confort optimal lors de la course, mais aussi pour éviter les accidents
  • Avoir des moteurs très puissants pour affronter sans problème les circuits accidentés

Le freestyle moto-cross

Avec le freestyle moto-cross, il ne s’agit plus d’une course de vitesse. Le pilote effectue des figures pendant des sauts, chacune d’entre elles étant notée par un jury. Les motos utilisées sont les mêmes que pour le moto-cross classique. Cette discipline créée au début des années 2000 est également appelée FMX. Une des figures emblématiques du freestyle moto-cross est Travis Patrana. Champion du monde à l’âge de 14 ans, Patrana cumule 17 médailles remportées au X-Games, 5 médailles d’or au Gravity Games mais aussi plus de 60 fractures ! Un autre grand nom du FMX est Tom Pagès. Né en 1985, le pilote fait évoluer le freestyle moto-cross en inventant de nouvelles figures et en innovant sans cesse. Tom Pagès a remporté 4 fois d’affilée le X-Fighters de Madrid.



Information

T XTREM